Paris est une île

« Paris est une île ! »

C’est ce que doivent se dire avec étonnement les voyageurs arrivés à Roissy, lorsqu’ils consultent le panneau d’information Transports, en anglais Ground transport, juste après avoir récupéré leurs bagages et passé la douane au terminal 1 de l’aéroport Paris-Charles de Gaulle. Paris y apparaît comme une île, flottant sur une mer bleue, pièce maîtresse d’un archipel composé de quatre îles principales et de quatre îlots. Outre Paris, les trois autres grandes îles sont l’île de l’Aéroport de Paris-Charles de Gaulle au nord, celle de l’Aéroport de Paris-Orly au sud et plus à l’est, une dernière île plus petite, celle de Disneyland® Paris. Quant aux îlots, il s’agit de celui de Mitry-Claye au nord-est, et au sud des trois îlots de Robinson, St-Rémy les Chevreuse et Anthony qui au passage gagne un « h »…😉

Amusante vision d’une métropole dont la représentation est réduite à Paris intra-muros, le Petit-Paris qui ne représente qu’un cinquième en termes de population et à peine quelques pourcents de la métropole en termes de superficie… Quelle logique derrière une telle représentation qui exclut dans la même superbe ignorance aussi bien La Défense, premier quartier d’affaires européen, dont aiment tant se gargariser les zélateurs du projet gouvernemental de Grand-Paris, mais qui néglige aussi Versailles et ne laisse apparaître à côté d’un pictogramme de la Tour Eiffel que la marque déposée Disneyland en guise de repère culturel ? « Mais c’est parce qu’on se rend directement de Roissy à Disneyland » répondront certains. Sans doute, et dans la même logique, on en déduira que personne ne va directement de Roissy à la Défense, c’est sûr…

Comment une vision tellement étriquée de la métropole parisienne est-elle possible aujourd’hui ? Certes, elle est largement compatible avec les murs de la zone d’arrivés du terminal numéro 1, décorés de devantures de boutiques « à l’ancienne », cafés mais aussi affineurs et marchands de vin, douce France pays du fromage, le tout avec quelques bancs autour d’un réverbère factice, pour faire plus vrai, manquent juste les pigeons et on se croirait dans le Paris d’Amélie Poulain, pauvre Paris, ville musée momifiée qui au passage gomme d’un coup d’éponge magique la banlieue, ses villes et ses quartiers aux noms qu’il ne faudrait pas montrer, on ne sait jamais ça pourrait faire peur. Pas de Seine ni de Saint-Denis tout court, pourtant basilique nécropole des rois de France, pas de Bourget pourtant aéroport d’affaires, ne parlons pas de Bobigny, de Créteil ou de Nanterre. Pas non plus de Sceaux, de Sèvres ou de Vincennes. Qui pourrait penser que des voyageurs descendus de leur avion puissent aller ailleurs que dans le Petit-Paris, ou à Disneyland® ?

Quelle différence avec Berlin, qui partout montre des cartes des transports et de la ville à la taille du Grand-Berlin. Mais j’oubliais, le Grand-Paris n’existe pas, et c’est vrai aujourd’hui, dans les esprits de tous c’est un fait, Paris est une île ;-)

Jean-Paul Chapon

A propos parisbanlieue

Qui a peur du Grand Paris ? le journal d’un « desperate banlieusard » continue, malgré la difficulté à se faire entendre. Déceptions et frustrations, paralysie du jeu politicien droite-gauche et refus de construire une métropole unifiée et solidaire au-dessus du périphérique. En regardant le Petit Paris de Bertrand Delanoë, et la région immobile de Jean-Paul Huchon en passant par la préfectoralisation de la région-capitale par le gouvernement Sarkozy, Paris est sa banlieue entame sa saison 3… à suivre ;-) Sinon, quand je ne m'occupe pas de Ville et de banlieue ou de Grand-Paris, je suis chargé de la gouvernance web et du 2.0 dans une grosse boîte...
Cet article, publié dans 1 - Le Grand-Paris, vous connaissez ?, 1.4 - Les transports à Paris, intra-extra muros, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Paris est une île

  1. Dr. Gonzo dit :

    Bah au moins y a pas de fortifications autour de l’île!

  2. Ne pas oublier que nous sommes en Ile-de-France !

    (et Paris, c’est l’île, le reste de la région c’est la mer…)

  3. sYsIphe dit :

    La possibilité d’une île … ou la simplification à l’extrême des transports à partir de CDG. A trop vouloir simplifier on en oublie l’essentiel, la réalité !

  4. Lupus dit :

    Très bon, post, JP,

    Je pense qu’il y a pas mal de remarques à faire sur toutes ces questions de représentation de la métropole à l’adresse du grand public. Je pense notamment à tous les plans routiers de ville affichés dans les différentes communes. Par exemple les plans des stations Vélib’ situées en limite de Paris, et qui représentent l’extramuros comme un grand vide…

  5. Thierry dit :

    Ce plan parle des transports mais concerne en fait les seuls transports en commun directs. D’où la présence de Robinson et de Saint-Rémy-en-Chevreuse mais pas La Défense… Qui, en effet, prendrait les transports en commun pour aller de Roissy à La Défense ? Pas les voyageurs professionnels, qui prendront évidemment un taxi, moyen de transport qui dispense de comprendre l’organisation de la métropole.

    @Lupus : On pourrait en effet étudier la représentation de la métropole sur les plans des transports en public. Je repense aux plans installés il y a quelques années dans le métro, où l’échelle décroissait au fur et à mesure qu’on s’éloignait du Châtelet : l’île de la Cité était à peu aussi grande que le 13e arrondissement, lui-même comparable à un département de la grande couronne ou presque. Ce qui permettait de loger toute l’agglomération sur un seul plan, au prix d’une considérable hypertrophie du Centre qui reflétait assez bien celle qui existe dans les mentalités.

  6. parisbanlieue dit :

    @Thierry, j’avais compris que ce plan ne concerne que les transports en commun directs et c’est bien ce que je lui reproche. Ce plan est choquant et indéfendable : 150.000 voyageurs arrivent en moyenne chaque jour à Roissy, et ne vont pas tous dans Paris-intra-muros ou chez Disney, et ne pas être capable de montrer l’offre de transport à l’échelle de la métropole n’a pas de sens. Et ce ne sont pas les taxis qui vont pouvoir absorber un tel nombre de voyageurs… Quant à penser que les voyageurs professionnels prennent tous un taxi quand ils descendent d’avion, c’est bien mal connaître l’entreprise aujourd’hui, le temps des notes de frais open bar est révolu 😉

  7. Ping : banlieuedeparis

  8. md.inc dit :

    en effet,

    « Ce plan est choquant…
    Mais ne pas oublier non plus la gare routière de la porte Maillot pour rejoindre l’aéroport de Beauvais… ça aussi c’est l’entreprise (et l’Europe) d’aujourd’hui…

    en attendant, cela me faisait bien envie de poster l’image ci-dessus (banlieuedparis_2004)

    vive le graffiti et le grand-Paris dont nos politi-chiens ne veulent pas mais qu’ils finiront bien par devoir construirent malgrés-Z-eux !

  9. md.inc dit :

    pourquoi mon image n’apparait pas ? bon là peut-être

    (une image mieux qu’un long discours…)

    mon image ici…

  10. Brisavoine dit :

    On se consolera de l’état ubuesque de cette métropole niée en écoutant du Brel : http://www.deezer.com/listen-1086312

  11. Ben dit :

    C’est article est très juste, ça donne à refléchir!
    De même je crois qu’il n’existe aucun plan des transports en communs (bus etc..) comprenant toute la banlieue parisienne (et même en banlieue!).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s