Carte postale métropolitaine, avec site exceptionnel et berges à reconquérir

viaduc argenteuil gennevilliers

Le maire de Paris Bertrand Delanoë veut reconquérir les berges de la Seine pour « donner à Paris une occasion de bonheur » avec « la conviction que sur cet axe essentiel devait naître un projet dédié à la beauté et à l’âme de Paris« . Comme cela lui arrive souvent, Bertrand Delanoë a raison, et je reprends volontiers à mon compte le texte de son dossier de presse. « En effet, comment accepter que ce site exceptionnel demeure réduit à l’état d’autoroute urbaine ? Notre ambition est donc de transformer cet espace pour l’embellir et réinventer ses usages. Ce site est vaste et offre un potentiel extraordinaire. Cela s’adresse à tous les amoureux de Paris, à toutes les générations : car si notre ville appartient à tout le monde, les rives de son fleuve doivent être à la hauteur de cette invitation permanente et universelle… » Mais comme cela lui arrive souvent, Bertrand Delanoë ne peut s’empêcher de raisonner en maire du Petit-Paris qui aurait abandonné sa vision et son ambition pour un vrai Grand-Paris.

D’une part, son projet pour Paris intra-muros fait fi de la logique métropolitaine et condamne un axe vital ouest-est de la métropole sans offrir la moindre alternative, ni automobile, ni transports en commun. Mais surtout, sa revendication est si parisienne, au sens le plus étroit du terme. Paris est sa banlieue avait consacré ses pages au bonheur perdu des habitants de Charenton pour qui l’autoroute n’est plus vraiment urbaine mais un enfer qui passe au ras de leurs fenêtres, sans trop émouvoir le maire de Paris. Et plus à l’ouest, c’est à Argenteuil (où j’étrenne mon nouvel appareil) que la Seine se découvre comme un site exceptionnel, mais au sein de la métropole ! Majesté sauvage du fleuve au soleil couchant, lumière du soir et prise de vue qui masquent le port de Gennevilliers et le viaduc d’Argenteuil et cachent le bruit incessant de l’autoroute qui passe juste à la verticale. C’est ça aussi une métropole. Pour autant, faut-il fermer l’autoroute ? faut-il fermer le port ? Comment reconquérir les berges de la Seine ?

Et je reprends encore une fois le discours de Delanoë : « Oui, la transformation des voies sur berges entre en résonance avec une certaine conception de la ville du XXIème siècle. Car elle vise à mettre en harmonie des notions si longtemps délaissées : convivialité, diversité, créativité et esthétique« . Mais de grâce, cette transformation doit dépasser le Petit-Paris et être pensée à l’échelle de la métropole, par des représentants légitimes d’une métropole élus sur un programme, une vision, une ambition à l’échelle du Grand-Paris.

la seine argenteuilviaduc A15 Argenteuilparis gennevilliers argenteuilla seine argenteuil

Jean-Paul Chapon

A propos parisbanlieue

Qui a peur du Grand Paris ? le journal d’un « desperate banlieusard » continue, malgré la difficulté à se faire entendre. Déceptions et frustrations, paralysie du jeu politicien droite-gauche et refus de construire une métropole unifiée et solidaire au-dessus du périphérique. En regardant le Petit Paris de Bertrand Delanoë, et la région immobile de Jean-Paul Huchon en passant par la préfectoralisation de la région-capitale par le gouvernement Sarkozy, Paris est sa banlieue entame sa saison 3… à suivre ;-) Sinon, quand je ne m'occupe pas de Ville et de banlieue ou de Grand-Paris, je suis chargé de la gouvernance web et du 2.0 dans une grosse boîte...
Cet article, publié dans 1 - Le Grand-Paris, vous connaissez ?, 8 - Cartes postales..., Uncategorized, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Carte postale métropolitaine, avec site exceptionnel et berges à reconquérir

  1. Davidikus dit :

    On ne peut quand même pas reprocher à Bertrand Delanoë de raisonner en fonction de la Ville de Paris. C’est elle qu’il dirige, c’est pour servir les intérêts de ses habitants qu’il a été élu. S’il faisait autrement, il bafouerait son mandat républicain. Je suis pour l’extension de la logique d’arrondissements au moins à la petite couronne (il demeurera des maires élus localement mais tous contribueront à l’élection du maire de Paris).

    Pour l’instant, il faut faire avec l’existant : presser pour une réforme des institutions plutôt que s’en prendre aux hommes.

    Quant aux voies sur berge : oui, cette autoroute urbaine est une absurdité, notamment car elle centralise l’agglomération autour de ce que vous appelez le petit Paris. Quant aux berges de la Seine : on peut toujours les aménager mieux sur l’autre rive !

    http://davidikus.blogspot.com/

    • parisbanlieue dit :

      @davidikus : « On ne peut quand même pas reprocher à Bertrand Delanoë de raisonner en fonction de la Ville de Paris. C’est elle qu’il dirige, c’est pour servir les intérêts de ses habitants qu’il a été élu. S’il faisait autrement, il bafouerait son mandat républicain… » Certes, mais on peut reprocher à Bertrand Delanoë de ne pas ou de ne plus avoir de vision pour la métropole, et surtout plus de courage pour soutenir cette vision et se replier égoïstement sur la ville dont il est effectivement l’élu.
      Au début de son mandat, Bertrand Delanoë était porteur d’un projet aussi ambitieux que courageux. Qu’en restera-t-il au terme de son second mandat : Vélib’, la Nuit blanche et Paris-Plage étendu… alors qu’il aurait pu être le porteur d’un projet de Grand-Paris. Vous parlez d’étendre la « logique d’arrondissements » à la Petite-Couronne. Cela veut dire créer un Grand-Paris avec des institutions démocratiques. Et ce projet-là, Bertrand Delanoë l’a abandonné, devant les réactions hostile des élus des communes de banlieue et des partis politiques. C’est ce manque de courage que je dénonce. Courage que Philippe Dallier, sénateur UMP du 93, a eu avec son projet de Grand-Paris, et que Jean-Marie LeGuen, député PS du 13ème semble vouloir reprendre à son compte pour sa candidature à la mairie de Paris pour 2014.
      Bertrand Delanoë a ouvert Paris sur la banlieue dans son premier mandat. C’était courageux et « Paris est sa banlieue » l’a salué. Mais pour son second mandat, le maire du Petit-Paris renoue avec l’égoïsme parisien, comme ce projet de fermer un axe vital pour la métropole et ses 11 millions d’habitants. On ne pourra le fermer que lorsqu’une offre alternative sera créée. Ce n’est pas le cas, et c’est ce que je reproche à ce projet, même si je suis d’accord sur le fait qu’une autoroute sur les berges, c’est dommage, dans Paris intra-muros comme à Charenton…

  2. montreuilloise dit :

    en banlieue nord , la seine reste largement un axe industriel totalement non aménagé pour les quidam qui vivent au bord

  3. parisbanlieue dit :

    @montreuilloise : c’est vrai, mais au risque de choquer je pense qu’un paysage industriel peut être beau, surtout un paysage industriel portuaire. Peut-être la résurgence inconsciente de souvenirs d’enfance, entre les promenades du dimanche sur le port de Rouen, où mon père nous conduisait régulièrement. J’étais fasciné par les grues sur leurs rails, structures puissantes et lourdes, les bateaux à quai, cargos en général, et encore plus par les formes de radoub où l’on met à sec les bateaux pour les réparer.
    Et puis la vue sur le port la nuit, chez un petit copain où je dormais souvent, les lumières du port, les fumées rouges d’un haut-fourneau et les flammes des torchères ! Je les vois encore aujourd’hui, plus de 40 ans après😉

  4. Susanne dit :

    Merci Jean-Paul pour les très belles cartes postales des derniers jours. Merci d´avoir continué et Bonne Année.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s