Grand-Paris-Express, zone unique et Grand-Paris tout court : Cécile Duflot explique la position d’Europe-Ecologie-Les-Verts

Quand on interviewe Cécile Duflot, en arrivant en retard de 5 minutes parce qu’on a laissé passer sa correspondance (maudit blackberry), elle vous répond que ça ne pouvait pas être pire que la ligne D ce matin, où on a fait descendre tous les passagers d’une rame pour les entasser dans la rame suivante. Du vécu ! Et un peu plus tard dans la discussion, elle précise qu’un des aspects du problème du STIF et de la région, c’est que d’aucuns doivent décider des transports en commun, mais ne les prennent jamais. Une remarque que j’avais entendu il y a quelques années lors d’une session de la Conférence Métropolitaine et qui avait fâché tout rouge Jean-Paul Huchon, président du STIF au titre de sa présidence du conseil régional.

Cet accord ce n’en est pas un, une annonce appuyée sur rien, on confie tout à la SGP et à l’État, sans garantie, et rien ne garantit qu’on commencera par le 93 ou le 94, malgré la pose du premier rail symbolique d’Orbival. Pour Cécile Duflot, on commencera par Roissy Express et on s’arrêtera là après 2012, renvoyant les « optimistes » comme Paris est sa banlieue au fait que les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Sur la logique du rapprochement, elle rappelle que quand Huchon et Pécresse « se fracassaient l’un contre l’autre » dénonçant des « projets complètement pourris », les Verts disaient déjà qu’il fallait les rapprocher.

Sur le rôle de la région dans les transports, Cécile Duflot est à la fois lucide et honnête. « Il n’y aurait pas eu le Grand-Paris (le projet de transports du gouvernement) s’il y avait eu un projet qui avançait plus vite du côté de la région… et je pense qu’on est nombreux à le regretter. » Une pierre dans le jardin de Jean-Paul Huchon. Le même Jean-Paul Huchon dont elle accuse le reniement sur le tarif unique du passe Navigo. De quoi se poser des questions sur la solidité de l’alliance EELV-PS à la région à la veille des cantonales…

Et puis la chef de file d’Europe-Ecologie-Les-Verts donne sa vision du Grand-Paris, l’ancien département de la Seine, auquel il faudrait ajouter Versailles, Roissy et Orly et Evry, au-delà de ce que d’autre ont déjà proposé (j’avais évoqué Philippe Dallier et son projet de Grand-Paris avant l’interview), Elle parle du périmètre de cette zone dense dans laquelle il faut travailler ensemble, « ce que fait un peu Paris-Métropole, mais un peu mollement… » Et pour elle, il faut trouver une méthode de prise de décision.

« Les prochaines échéances municipales poseront le lien entre Paris et la banlieue. Il n’y a pas à réfléchir entre Paris s’étend contre les banlieues, ou les banlieues résistent contre Paris. Il faut être dans une logique de coopération. » Bref, j’étais venu pour une interview sur les transports et la position d’EELV sur le projet de Grand-Paris-Express et je ressors du bureau de Cécile Duflot avec un discours qui ressemblerai presque au programme d’une candidate aux municipales parisiennes. Jean-Marie Le Guen ferait-il des émules ?

Pourquoi ce désaccord sur le Grand-Paris-Express, qui donne l’impression d’une approche plus politique et idéologique, que le souci des transports en commun ? On a vu lors des débats que l’idée de faire converger les deux projets était ce qui était porté par le public, c’était ça l’attente. D’autre part, il y a aussi une très grosse attente pour que quelque chose se passe enfin, et au moment où ça se passe, vous claquez la porte.


Mais vous ne pensez tout de même pas que vu l’intérêt pour le débat, le plus grand débat public à ce jour, plus de 20.000 participants, on ne pourra pas reculer après un tel effet d’annonce ?

Cela veut peut-être dire que, plutôt que de discuter de tracés et de cartes, la question majeure qu’il faut traiter est celle de la gouvernance, peut-être que le STIF n’est pas la meilleure façon d’aborder les transports. Est-ce que la région est à la hauteur sur le dossier, comment peut revoir tout ça, et même plus globalement encore c’est la question de la gouvernance du Grand-Paris qui est carrément absente dans le débat sur les transports de la métropole ?

Justement, le tarif unique, ça en est où ?

Interview réalisée le 7 février 2011

Jean-Paul Chapon

A propos parisbanlieue

Qui a peur du Grand Paris ? le journal d’un « desperate banlieusard » continue, malgré la difficulté à se faire entendre. Déceptions et frustrations, paralysie du jeu politicien droite-gauche et refus de construire une métropole unifiée et solidaire au-dessus du périphérique. En regardant le Petit Paris de Bertrand Delanoë, et la région immobile de Jean-Paul Huchon en passant par la préfectoralisation de la région-capitale par le gouvernement Sarkozy, Paris est sa banlieue entame sa saison 3… à suivre ;-) Sinon, quand je ne m'occupe pas de Ville et de banlieue ou de Grand-Paris, je suis chargé de la gouvernance web et du 2.0 dans une grosse boîte...
Cet article, publié dans 1 - Le Grand-Paris, vous connaissez ?, 1.1 - Grand-Paris, le piège de Nicolas Sarkozy, 1.4 - Les transports à Paris, intra-extra muros, 1.5 - Ils parlent de la ville et du Grand-Paris, Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Grand-Paris-Express, zone unique et Grand-Paris tout court : Cécile Duflot explique la position d’Europe-Ecologie-Les-Verts

  1. Ping : Tweets that mention Grand-Paris-Express, zone unique et Grand-Paris tout court : Cécile Duflot explique la position d’Europe-Ecologie-Les-Verts | Paris est sa banlieue – Saison 3 ? -- Topsy.com

  2. Parisien dit :

    Je la trouve très légère sur le tarif unique, marteler que c’est symbolique, parler de barrière mentale alors qu’il y aura sans doute un accroissement du trafic qui n’a toujours pas été calculé et qu’on ne sait pas si un réseau déjà très chargé est capable de d’absorber de nouveaux visiteurs.

    • md.inc dit :

      bah justement !! allez !!! Un peu de courage… Même si c’est vrai, la stratégie de la saturation propre à Pat Braou (Plaine non-commune) se solde par des réalités digne du Caire !! (Peu lui importe puisqu’il à son chauffeur Pat pour rentrer le soir à Neuilly…)

      En tout cas il faut faire le plongeon parfois … mais sur le tarif unique, j’engloberai mon propos dans un commentaire + globale à Cécile D. qui doit réviser sa géographie, je reste convaincu qu’elles n’a jamais circulé au delà de Montreuil… (ou peut-être Evry, mince alors, chez ce taré SarkomaMiste – BenBesson AliBarak de Vals ?) enfin je me trompe certainement…

  3. jmnp dit :

    D’une manière générale, le débat sur le tarif unique est gâché par quelques formules à l’emporte-pièce et relevant d’une certaine idéologie : mesure symbolique, « unification de la métropole », fin de l’humiliation dit même Cécile Duflot, et j’en passe. C’est dommage, parce que cela empêche de voir d’autres choses.

    Au vu d’un certain nombre d’analyses économiques et géographiques, il se trouve que la relative unité de la métropole parisienne est tenue, paradoxalement estimeraient certains, par l’absence d’unification tarifaire: c’est le différentiel de prix entre centre et périphérie qui maintient une certaine taille urbaine, on le sait depuis longtemps déjà, et la libération des coûts du transports a plus que largement contribué à l’accroissement des aires urbaines. Si le coût du transport diminue et s’égalise sur l’ensemble d’une région, du centre à ses périphéries les plus lointaines, l’effet quasi-mécanique n’est donc pas, comme l’énonce C. Duflot, de permettre aux gens d’aller se balader le week-end à la campagne: on va au contraire voir s’éloigner encore une partie de la population qui trouvera, loin du centre et de la proche banlieue, à la fois des prix immobiliers moins élevés, et désormais des coûts de transports moins élevés. Avec tout ce que cela comporte de distances parcourues, de distance au travail, d’accessibilité aux emplois et aux services, et même de pression foncière dans des secteurs qui ne la subissaient pas auparavant. Car ce ne sont pas forcément les plus avides de campagne qui vont s’éloigner du centre (entendu comme Paris+communes voisines).

    J’ajouterai une chose : le débat public, toujours porté par de grandes idées peu pragmatiques, occulte aussi très régulièrement que, si le coût du transport est effectivement plus élevé pour les plus éloignés, le taux de subventionnement par la puissance publique l’est aussi. Ce qui, évidemment, est loin d’une « humiliation ».
    Ne renonçons pas aux équilibres possibles, certes, mais attention au simplisme des débats sur le tarif unique, il y a une vraie matière à réflexion complète et décloisonnée des effets d’une telle mesure, et des méthodes d’accompagnement, foncier notamment.

  4. md.inc dit :

    Il me parait vraiment un peu bête ce raisonnement !

    À moins que tu ne soit un adorateur de la finance occulte ou de la secte de l’Ognion ?

    Oui bien sûr, il faut desserrer Paris !

    Déjà Paul Delouvrier le disais… Comme dit Cécile, qui n’a pas raison sur tout, il faut réparer les villes nouvelles, les continué, parceque c’est comme à l’ONF, une ville ou une forêt, on ne change pas de gestion ni de projet tout les 30 ans !! ni mème 50 ans… parce que nous ne sommes plus au 19è siècle, et le mythe de l’organisme urbain est mort, la banlieue ne veut plus être les pieds de sa têtes de veau !! C’est Paris la banlieue de la banlieue.

    Et puis 20000 habitants au KM carré (à Clichy ?) c’est cancérigène.

    va vérifier, tout les experts internationaux commence à nous prendre pour des dingues, le cancer si tu connait pas, ou personne qui l’à tu peut appeller Véolia, qui veut 100 millions d’euros de la région pour produire de la dioxyne et autres micro-particules en brulant des ordures venues d’allemagne à Ivry (et donc tuer quelques centaines d’habitants par ans à Charenton) parce que c’est bien plus pratique pour les finances de la santé publique ?

    Stop !

    La banlieue d’où d’ailleurs, on est toujours la banlieue de quelque part, et en effet la banlieue regarde ailleurs qu’au centre ! Ce qu’il faut c’est penser un grand Paris façon Datar, avec Aachen, Lille, Rooterdam – Marseille – Gênes, Le Havre, Lyon, Orléans – Tour, etc… c’est-à-dire décapitaliser Paris pour en faire une métropole au sein d’un réseau National et européen de Métropoles …

    Ringarde ta vision 19è siècle JMNP !

    Vraiment désolé d’être si violent…

    Mais peut-être en fait tu habite Paris ?

  5. md.inc dit :

    Non, pour en revenir au cas de Cécile D.

    (elle ne se débrouille quant même pas mal pour une parisienne !?)

    mais il y a un problème sur les sujets de ce qu’elle appelle une zone dense ou l’on pourrait s’entendre de faire le grand Paris, (en limitant le projet à ça ?), et le tarif unique… aussi à suivre (zone 4, 6 ou zone 9 ?)

    Périmètre du petit « Grand Paris » = Zone Dense ?

    (Cécile D. oubli 3 millions de Grand Parisien ?)

    Mince pour une écolo ça craint ? En effet Cécile D. parle d’un périmètre Orly-Evry / Roissy pour faire court … Je me souviens d’un débat ou un grand Parisien de la Seine et Marne se mettait à hurler !!!

    Et le 95 ? et Sénart et Melun, Mantes-la-Jolie, Saint-Quentin ?

    oui les urbains on le droit de pratiquer l’agriculture bio le dimanche même sur des terres qui ne subisse pas la dioxyne de Véolia and Co. et même de venir en RER atomique dans la capitale en attendant le train photovoltaïque…

    Est-ce qu’il s’agit (déjà ?) d’une concession de Cécile au Petit « grand » Paris…

    pour faire un tarif unique 4 zones ?

    Quant on à mis les pieds au Val Fourré + de 5 minutes on sait que c’est stupide, surtout quant on parle à juste titre d’une mesure symbolique servant à fédérer les grands Parisiens…

    bon la zone 9 n’a jamais existé mais Creil ou Étampes, par leur identité pourrait souhaiter légitimement leur intégration dans le club du grand Paris ! Et cela pourrait même se marchander ?

    • md.inc07 dit :

      Enfin quant je parlais de Montreuil… je pensais à Villeneuve…

      mais enfin Cécile D. se promène-t-elle en Seine et Marne !? La Seine et Marne n’a t-elle pas besoin de lutter contre l’étalement urbain tout en acceptant de nouvelles modalités d’être rurbain (quant on se lamente sur la desertification des campagnes), soutenir les alternatives en termes d’agriculture et d’urbanisme, développer les circulations et les énergies alternatives ???

      Au-delà, cela renvoie au fait que de façon nationale, « les écolos » perçoivent encore le grand Paris, comme un projet opposé à l’écologie et dont les parisiens n’ont pas besoin !!

      Il faut un projet global pour les 11 millions de Franciliens… soutenu par un projet global de développement du territoire et de ses aires métropolitaines…

  6. Trainny dit :

    La phrase qui m’a beaucoup intéressé de la part de Cécile D est « qu’on a totalement donné les clé à la SGP » en sachant que SGP c’est la droite UMP. Franchement, si ce qu’elle dit est vrai, on va vraiment droit dans le mur. Et c’est une véritable catastrophe pour la région. Une désillusion totale.
    Il faut se souvenir que le gouvernement qui est jusqu’à maintenant n’a pas fait grande chose pour la région à part la symbolique bêtise qui n’est autre que le CDG Express. Un projet ferroviaire qui permet à un tout petit groupe de minorité d’élitiste de traversé le département de 93 sans avoir à faire à un seul contact avec les racailles ( pour ne pas dire sous-hommes) entre Paris et l’Aéroport de CDG.
    Alors que la région surtout la gauche à tout fait pour le développement du transport dans notre région y compris pour le 93 et 94. Pour preuve depuis Lionel Jospin jusqu’à l’actuel SDRIF qui sont des projet concrets. Tandis que le gouvernement qui est jusqu’à maintenant droite UMP a toujours bloqué le projet et puis n’ont hésité à montes sur les toits et oser dire comme le fait Valérie Lepécresse que « la gauche n’a rien fait pour la région ».
    Le STIF est l’organisation qui gèrent le transport dans notre région, et c’est à cette organisation de donné le clé du projet du Grand Paris Express. Pas la SGP qui n’a aucune compétence pour la région et qui ne ferait qu’affirmé les mêmes pressentiments que Cécile D à déclaré de la désillusion.
    SGP=UMP=Sarkozy=des promesses jamais tenues

  7. Lupus dit :

    Salut Jean-Paul!

    Je viens de tomber sur cette intéressante interview quasiment par hasard. Pourquoi ne pas l’avoir plus promu, en « une » de ton blog?

  8. parisbanlieue dit :

    elle a été en une quand je l’ai publiée et depuis j’ai mis un rappel en haut à droite, mais visiblement ce n’est pas suffisant😉
    je vais essayer de le rendre plus visible !

  9. Ping : Billet d’humeur entre accessoire et détails, Japon et cantonale, Grand-Paris et navette fluviale, lumières éteintes ou allumées… | Paris est sa banlieue – Saison 3 ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s